Liens

 
 
Musicien, inventeur et scénographe français d’origine polonaise, Bernard Szajner (prononcez « Zay-ner ») est souvent surnommé le "Brian Eno français” du fait de son éclectisme artistique et de son approche globale de l’art, alliant visuel et musique, et en ayant recours à la technologie de son temps, mise au service de son inspiration. Il a été le premier en France à réaliser des spectacles de lasers ; aux débuts des années 80, ses compositions de musiques électroniques ont reçu les éloges des magazines de rock anglais. Mais si nous évoquons cet artiste ici, c’est aussi parce qu’il est connu pour être l’inventeur, entre autres instruments, de la fameuse harpe laser, aujourd’hui indissociable des concerts de Jean-Michel Jarre, qui n’est donc pas son concepteur, comme beaucoup le croient, même si c’est sans aucun doute lui qui l’a popularisée.

  

 

Autodidacte. "Je suis un autodidacte, complet,

un dilettante dans le vrai sens du terme,

c'est-à-dire quelqu'un qui fait seulement

ce qui lui plaît, ce qui le passionne."

                                                                  


                                                                         Bernard Szajner

http://www.jeanmicheljarre.com A travers les concerts géants qu'il donne aux quatre coins de la planète, Jean-Michel Jarre est l'artiste français qui réunit le plus de spectateurs à travers le monde. Des centaines de milliers à Hong Kong, Londres ou Pékin, il atteint les trois millions à Moscou en 1997 ! Ses spectacles sont des rendez-vous magiques, des sons et lumières futuristes. Issu de l'univers de la recherche électro-acoustique, il a donné à la musique électronique une dimension populaire. Un "rétro-futuriste" tel qu'il se définit !

                                                           

“J’utilise les instruments de mon époque”.


“Les noirs américains qui ont inventé le jazz ne connaissaient pas le solfège, ce qui prouve qu’on peut faire de la très bonne musique, sans connaître le code”.


                                                                Jean-Michel Jarre

  http://fr.space.tm.fr/                              Didier Marouani      est un compositeur et musicien français et le fondateur du groupe Space, en 1977. En 1980, il compose l'indicatif de la première émission de science-fiction à la télévision " Temps X " présentée par les frères Bogdanoff. En juin 1983, la musique de Space étant très connue en Union Soviétique, Didier et son groupe Space sont invités par le Ministère de la culture soviétique pour y donner une série de 21 concerts en Union Soviétique rassemblant plus de 300 000 spectateurs à Moscou dans la salle Olympique, Leningrad et Kiev ; c'est la première fois qu'un artiste français se produit dans des stades aussi grands ; sa tournée est un véritable phénomène musical et social; la musique et les concerts frappent l'imagination des spectateurs qui découvrent l'utilisation des lasers en concert pour la première fois et qui vont transmettre à leurs enfants l'amour de la musique de Space et le respect pour son créateur.

“Il ne faut jamais perdre de vue que la technologie, aussi pointue soit-elle, ne sera jamais, enfin ne devrait être jamais qu'un outil, au service de l'inspiration, du feeling. La musique électronique n'est pas froide, comme on le dit souvent. Il suffit d'y mettre le coeur."







                                                                   Didier Marouani

http://elsew.com/     Vangelis commence à composer à 4 ans et joue en public dès l'âge de 6 ans. C'est un autodidacte. Il a refusé d'apprendre le piano de manière traditionnelle et il a mené toute sa carrière sans jamais avoir eu de connaissance approfondie du solfège. Il a étudié la musique classique, la peinture ainsi que la réalisation de films à l'Académie des arts d'Athènes.Multi-instrumentiste, Vangelis joue entre autres du djembé et de la darbouka. Il a joué avec une très grande quantité d'instruments électroniques différents : orgues tout d'abord puis synthétiseurs et échantillonneurs ensuite. On peut noter particulièrement deux instruments très caractéristiques de sa musique entre 1977 et 1986 : il s'agit du synthétiseur analogique polyphonique Yamaha CS-80 et du combiné string-ensemble vocoder Roland VP-330.


Vangelis utilise aussi beaucoup les pianos électriques Rhodes et Yamaha, un peu plus rarement les pianos acoustiques ainsi que de nombreux instruments à cordes (guitare et harpe notamment) et des vents. Vangelis utilise aussi de façon extensive des percussions orchestrales diverses qui forment la ponctuation de sa musique et compose aussi de la musique vocale.


L'effet de studio qu'il utilise le plus est l'unité de réverbération Lexicon 224.

“Toutes valeurs enseignées sont fausses; c’est pour cela qu’on est dans une impasse, aujourd’hui”.


“Ce qui me dérange, c’est qu’on a toujours besoin d’ une raison pour faire de la musique”; “la musique pour la musique apporte beaucoup plus”.


                                                                                    Vangelis